mercredi 23 novembre 2011

Vive l’équilibre!

Qui n’a jamais entendu parler de l’équilibre travail-famille, de l’équilibre psychologique, de l’équilibre budgétaire, d’une alimentation équilibrée ou du Ying et du Yang? L’équilibre est définitivement un concept qui a fait ses preuves à travers les âges. Par conséquent, trouver l’équilibre entre économie et écologie serait souhaitable à la radicalisation du débat. La radicalisation entraîne la radicalisation. À Développement Économique Sept-Îles nous travaillons toujours en fonction d’un développement économique équilibré et durable.

La notion de développement durable va plus loin que la seule protection de l’environnement. Il est possible de faire du développement durable tout en exploitant une ressource non-renouvelable. Il s’agit d’un développement équilibré intrinsèquement lié à son milieu d’accueil, qui porte une attention particulière à sa communauté et à son empreinte environnementale en proposants des mesures de compensation dans une optique «gagnant-gagnant» de développement long terme.

À ce titre, l’intention du gouvernement de procéder à la protection de 50% du territoire du Plan Nord est une promesse ambitieuse et unique en son genre avec laquelle le Québec pourra se positionner comme un leader mondial du développement durable. Il en résultera probablement des contraintes pour le développement, mais avec une approche équilibrée, nous sommes assurés d’en sortir collectivement gagnants. Sans compter qu’avec un peu d’imagination peut-être pourrons-nous transformer ces contraintes en opportunités.

Nous avons la chance à Sept-Îles d’avoir une communauté d’affaires fortement engagée. Nos entreprises sont bien impliquées dans leur milieu et prennent au sérieux leur rôle de bon citoyen corporatif, comme en témoignent les nombreuses activités de la Chambre de commerce, les multiples tournois de golf, commandites événementielles et autres campagnes de levée de fonds qui surpassent année après année leurs résultats.

Certaines travaillent à minimiser leurs résidus en les valorisant, réduisant du même coup leur empreinte environnementale. D’autres soumettent leurs projets à la population. En générale, une vision équilibrée et à long terme de la collectivité est privilégiée. Jusqu’à preuve du contraire, le projet de la Mine Arnaud semble vouloir s’intégrer dans cette mouvance. Qui plus est, à travers Investissement Québec, ce projet est de propriété québécoise, ce qui signifie des retombées directes chez nous et pour l’ensemble du Québec. Donnons une chance au coureur.

En vous souhaitant une vie remplie d’équilibre...

Christian Denis, MBA

Commissaire industriel